Agrigente – Vallée des Temples

Agrigente, Vallée des Temples
Agrigente, Vallée des Temples

Agrigente, située à proximité de la côte sud de la Sicile a le parc archéologique des temples grecs mieux conservé au monde. Agrigente, antique Akragas, aujourd’hui Patrimoine Mondial de l’Humanité, fut décrite par le poète grec Pindare comme la plus belle ville des mortels.

Fondée par des colons Grecs en 580 avant J.C, elle garda sa splendeur jusqu’ en 406 avant J.C, lorsque les Carthaginois (guidés par Hannibal) assiégèrent et saccagèrent la ville qui abritait 20.000 habitants. A’ l’époque romaine, au IIIe siècle avant J.C Agrigente connut une nouvelle prospérité jusqu’ à son déclin, causé par l’arrivée des byzantins et les chrétiens, qui détruisirent ses temples païens. La zone fut abandonnée et transformée en parc archéologique.

Agrigente a un musée archéologique extrêmement riche. Le paysage des amandiers en fleur rejoint au crépuscule transforme la Vallée des Temples dans un cadre idyllique, bien que pendant la saison touristique et en particulier dans le milieu de la journée l’afflux arrive à être écrasant. Pendant la première semaine de février la ville accueille le Festival International du Folklore au cours des célébrations pour la Fête de la fleur d’Amande.

La Vallée des Temples

Les Temples grecs d’Agrigente sont tous de style dorique et, bien que l’état de conservation varie selon les dommages causés par les tremblements de terre et par des pillages, c’est le site archéologique le plus important de l’architecture grecque. A voir absolument.

Temple d’Héra

Temple de Junon L’acinienne. Précédé d’un grand autel pour les sacrifices, le Temple de Junon domine le point culminant de la Vallée des Temples. Daté aux environs de 450 avant J. C, le temple conserve 30 colonnes parmi lesquelles 16 ont leurs chapiteaux. A’ l’époque romaine il fut restauré après un incendie qui a détruit une partie.

Par un sentier pavé, suivez le chemin vers le Temple de la Concorde. C’est le temple grec de style dorique le mieux conservé au monde. Bâti entre 450 et 400 avant J.C, il mesure 42 mètres de long et 19,5 mètres de large. Le Temple doit son nom à une inscription latine trouvée dans les alentours, dédié sans doute aux Dioscures Castor et Pollux. Il Présente 34 colonnes, (6 pour la façade et 13 sur les côtés) et conserve les arcades pratiquées dans les colonnes, étant donné que le temple fut transformé en basilique chrétienne. En 1748 le temple fut restauré.

Sur la gauche il y a la Villa Aurea, aujourd’hui siège de la Direction de la zone archéologique, qui possède les vestiges d’une nécropole byzantine avec des tombes inhumaines et les restes de la nécropole Giambertoni, des tombeaux souterrains de la période helléniste.

Le Temple d’Hercule est le plus ancien de la Vallée, sa reconstruction remonte aux environs de 510 avant J.C. Il n’en subsiste que 8 colonnes relevées en 1924.

Si nous nous éloignons du chemin, nous allons trouver “le tombeau de Théron”, monument funéraire (1er siècle avant J.C) carré, qui possède une tour avec des portes pleines sculptées dans le calcaire et les angles, des colonnes doriques surmontées de chapiteaux ioniques.

Revenant au chemin pavé nous arrivons au Temple de Zeus Olympien, grand édifice dorique de 112,5 mètres de longueur pour 56 mètres de largeur, qui n’a jamais été terminé. En plus des colonnes de 17 mètres de hauteur et 4,2 de diamètre, il était décoré avec 38 statues de atlantes de presque 8 mètres de haut. Dans le temple on peut voir la copie d’un télamon, l’original a été placé dans le musée avec une maquette du temple d’origine. Malheureusement le temple a servi de carrière au XVIIIe siècle pour construire les jetées du port de Porto Empédocle.

Derrière le Temple de Zeus se dresse le Temple de Castor et Pollux, l’ensemble a été recomposé au début du XIXe siècle. Ce temple de 34 colonnes fut endommagé par le sac des Carthaginois et par le tremblement de terre.

A’ la fin  du chemin se trouve le Temple de Vulcain qui a encore la base et deux colonnes. Des éléments décoratifs en terre cuite polychrome sont exposés au musée archéologique.

Revenant à la ville moderne d’Agrigente, on va trouver le musée archéologique et l’église de Saint Nicolas en style roman -gothique, d’où on peut admirer le splendide panorama de la colline des Temples. Tout près de l’église il y a une structure creusée dans la roche, un Ekklesiasterion dont les formes rappellent celles d’un théâtre grec. Un ancien lieu de réunion de l’assemblée populaire.

Juste en face du musée il y a le quartier gréco-romain, bien conservé, montrant la structure urbaine de la cité antique, avec le système d’égout, les réservoirs, les restes de fresques, les mosaïques et les rues encore parfaitement définies.