Corleone

Corleone
Corleone

Hantée par la récurrente association avec la criminalité organisée, Corleone tente de secouer ce stéréotype de ville de la Mafia provenant de la saga de Francis Ford Coppola.

Beaucoup de touristes visitent la ville de Corleone pour prendre la photo juste avant le panneau de bienvenu à l’entrée du village, sans même un coup d’œil autour. D’autres, cependant, qui ressemblent presque à des limiers à chasser des éléments utiles pour relier les rues ou les habitants de Corleone avec les rues et les personnages du film. Déçus, ils s’en vont, presque comme se sentir floués. En bref, ceux qui prétendent évoquer dans le village de Corleone quelque chose du film resteront déçus.

Corleone est un village d’origine arabe, plein de maisons très rapprochés et ruelles où il semble n’y avoir aucune configuration urbaine. L’origine, en effet remonterait à la période néolithique, en 6.000 avant J.C. Les découvertes archéologiques des années 90 ont commencé le débat sur la période datant d’avant les Arabes, ce qui suggère que Corleone pourrait être l’ancienne colonie de Schera.

La question sur laquelle il n’y a aucun doute c’est la présence de Byzantins, Arabes et plus tard des normands qui occupèrent la ville en 1072. A’ mi-chemin entre Palerme et Agrigente, Corleone fut siège de querelles et avant-poste de surveillance dans les différentes guerres entre les villes de la Sicile. Sa position stratégique sur un bassin protégé par un complexe de roches calcaires – qui ont reçu son nom de la ville – a donné de l’importance à Corleone au fil des siècles.

Au cours du XXe siècle, la pauvreté des résidents de Corleone pour la plupart agriculteurs, provoqua une émigration massive vers l’Amérique, et en particulier aux Etats-Unis.

Du point de vue de la nature, un scénario suggestif est créé par les rochers jumeaux, l’un à l’est du centre habité où est placé le château Soprano avec les restes de l’antique tour d’observation sarrasine et l’autre au centre du village dans un bloc calcaire géologiquement écroulé de la montagne et sur lequel a été édifié le château médiéval maintenant ermitage des Franciscains. Aux pieds du château Soprano on peut admirer un spectacle de la nature, la « Cascade de deux Rochers » formée par le saut du torrent San Leonardo, affluent du fleuve Belice, qui crée un pittoresque lac naturel entouré par les restes d’un aqueduc probablement arabe.

Dans le village vous pourrez visiter Le Musée Civique « Pippo Rizzo » dans le Palais Provenzano, qui expose l’histoire locale depuis la période Paléolithique jusqu’à nos jours. Parmi les pièces il y a la « Pietra Miliare » (jalon) qui a une inscription latine de 252 avant J.C, la plus ancienne de la Sicile. En plus de cela il y a les restes d’une mosaïque romaine d’époque impériale (Ier siècle après J.C), des statues votives, des vestiges du château médiéval appartenant à la Montagne Ancienne, et des pièces d’époques différentes.

Corleone est la ville des cent églises grâce à son patrimoine ecclésiastique, nous signalons le Couvent des Capucins, le Monastère de Saint Saveur, l’Eglise de Saint Agustín du XVIe siècle et l’Eglise de Saint Dominique de 1547.

Une attention particulière mérite l’Eglise Matrice dédiée à Saint Martin, construite en1382, en style arabe, riche en œuvres d’art. Grandie au XVe siècle, fut complétée en 1700 avec son dôme décoré de fresques, ouvrage de Carmelo Sarpiatra.

Autour de Corleone s’élèvent des villages paisibles où la nature semble encore à l’abri du développement immobilier typique des grandes villes de la Sicile.