Noto

Noto fait partie des villes incontournables du Baroque de Sicile, inscrite avec d’autres sept villes de la vallée de Noto – Caltagirone, Militello, Vallée de Catane, Catane, Modica, Palazzolo, Raguse et Scicli – au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Située au Sud-est de la Sicile, au départ n’était pas là où se situe actuellement: le Noto Antica a été totalement détruit para le tremblement de terre de 1693 – qui abîma également d’autres villes du sud de Sicile comme Ragusa, Catane, ou encore Syracuse -. Au lieu de reconstruire la ville sur ses ruines, la nouvelle ville de Noto a été entièrement construite à 15 km de l’ancienne, selon le style Baroque.

Eglise de San Domenico. Photo de Aitor Pedrueza.
Eglise de San Domenico. Photo de Aitor Pedrueza.

Les arquitectes Giuseppe Lanza, duc de Camastra, Rosario Gagliardi et Vincenzo Sinatra, chargés de la reconstruction de la nouvelle ville, choisirent un emplacement plus ensoleillé sur la colline de la Meti. Ils dessinèrent un plan urbain étonnant de précision avec ses grandes rues parallèles qui divisent Noto en deux parties symétriques, qui correspondent au Noto administratif, politique et religieux, et au Noto résidentiel. Le résultat est impressionnant: parfaite harmonie des places, jeux de perspectives, …  Le long des pentes furent bâtis les principales églises, les plus importants couvents, des majestueux palais et des prestigieuses résidences aristocratiques, …construites avec une pierre calcaire jaune, qui s’enflamme et se teint d’une couleur dorée quand le soleil est à son zénith. La nouvelle Noto reste une des plus belles expressions du Baroque.

La Porta Reale, entrada a la ciudad de Noto. Foto de María Calvo.
La Porta Reale, entrée à la ville de Noto. Photo de María Calvo.

L’accèss au centre de Noto se fait par un joli jardin et à partir de la Porta Reale – construite pour commémorer la visite de Fernando II en 1838 -, on se se déplace plus qu’à pied. Dans la rue principale, le corso Vittorio Emanuele III, on découvre l’épicentre du pouvoir de l’Eglise avec la cathédrale de S. Nicolò, les églises de Saint Franceso, Sainte Chiara, San Carlo Borromeo et San Domenico, à côté des couvents. Sur la Voie Cavour on y découvre les superbes palais de l’aristocratie: Nicolaci di Villadorata, Astuto et Impellizzeri.

De l’ancienne Noto Antica, on ne retrouve que la fontaine, qui a été déplacée sur la Piazza XVI Maggio, située entre l’église San Domenico et le Teatro Municipale. L’Eglise San Domenico (1703-1720), prés de l’Office du tourisme, a une façade arrondi, contrairement à d’autres églises de Noto. A sa gauche, se trouve le bâtiment du monastère. En face de l’Eglise San Domenico se trouve le Teatro Municipale – Teatro Comunale Vittorio Emmanuele III – construit dans les années 1860, qui peut accueillir 360 spectateurs. Sur la même place XVI Maggio, la mairie est installée dans le Palazzo Ducezio (1746), dessiné par Sinatra, entièrement rénové, avec son fabuleux portique qui en fait tout le charme.

En continuant vers le centre ville para la Via Vittorio Emmanuel III – vous y trouverez des magasins vendant des produits locaux chers mais de qualité -, vous trouverez l’Eglise de Saint Carlo al Corso, construite para Gagliardi en 1730, à la jolie façade concave. L’intérieur est lumineux et sobre, malgré le style baroque. A ne pas manquer les magnifiques vues panoramiques de Noto et de la cathédrale depuis la tour (1,5€).

On vous conseille de faire une pause dans le Caffé Sicilia (1892), un café à l’ancienne, pour déguster quelques spécialités de la pâtisserie sicilienne comme la Cassata Sicila, un gâteau à base de ricotta, d’un biscuit de type génoise, de pâte d’amande, de fruits confits et d’un glaçage au sucre.

La cathédrale de Noto, restauré récement. Photo de María Calvo.
La cathédrale de Noto, restauré récement. Photo de María Calvo.

La suite de la visite: la Cathédrale de San Nicolo (1776) avec une longue histoire de désastres – elle a été mal construite et mal entretenue -, en 1760, 1848 et 1996 – la coupole du dôme s’est effondrée en 1996 -. Sa rénovation et consolidation a été achevée en 2007, mais l’intérieur est en cours de décoration : on parle de sa somptuosité avec des fresques et d’autels en marbre. En sortant de la cathédrale par l’arrière, vous pouvez rejoindre la Via Cayour, où se trouve l’Eglise di Montevergine, à la façade concave et intérieur sobre – elle abrite une exposition des costumes des 7 confréries de la ville -.

Fresques de l'intérieur de la cathédrale di Nicolo. Photo de Aitor Pedrueza.
Fresques de l’intérieur de la cathédrale di Nicolo. Photo de Aitor Pedrueza.

Flâner dans les rues de Noto c’est le plus intéressant de la visite, pour admirer l’architecture et surtout la décoration des balcons et portails des palais: les chimères et autres griffons grimançants, les sirènes, les lions, les démons…ou encore les putti, symboles de richesse. Ne manquez pas le fabuleux bestiaire ornamental du Palazzo Nicolaci di Villa dorata dans le Corrado Nicolaci.

Magnifiques balcons du Palazzo Nicolaci, ornés de quimeres.
Magnifiques balcons du Palazzo Nicolaci, ornés de quimeres.

La troisième semaine du mois de mai, cette rue Corrado Nicolaci se transforme en un beaux tapis fleuri lors de la Infiorata, fête populaire très célebre. A la veille du festival, les artistes décorent la rue avec des pétales de fleurs et des graines, creánt un effet semblable à un vitrail.

Tapis fleuris dans le Corrado Nicolaci lors de la Infiorata, festival fleuri de Noto.
Tapis fleuris dans le Corrado Nicolaci lors de la Infiorata, festival fleuri de Noto.