Taormina

Taormina, penché sur la Mediterranée. Photo de Hernesto77.
Taormina, penché sur la Mediterranée. Photo de Hernesto77.

La ville de Taormina est sans aucun doute un des joyaux siciliens. Certes, le tourisme de masses a modifié le caractère de la ville en la remplissant de centaines de voyageurs qui agitent la vie paisible des 10.000 habitantes de Taormina.

Placé sur une falaise à 200 mètres d’hauteur sur les bords du Mont Tauros, Taormine est un bijou accosté sur une terrasse naturelle. Fondé en 403 av. C par des exilés grecs de l’île de Naxos, l’ancienne colonie de Tauromerion. Rasée par Syracuse, grecque elle même, mais impérialiste, la ville fût reconstruite et adoré par les romains.

Pendant le moyen âge fut capitale, quelques années, de la Sicile Byzantine, puis conquise par les normands en 1078. Avec les normands, Taormine serait une petite ville côtière, mais avec l’avènement du XVIII siècle et les voyages préromantiques des voyageurs allemands, britanniques et français, Taormine devient un lieu de pèlerinage pour poètes et romanciers comme Barlet ou Goethe. L’arrivée du chemin de fer en 1866 depuis Messine c’est le coup d’envoi du tourisme. D’abord de la noblesse et la bourgeoisie, car l’Empereur Allemand Guillerm II fera de la ville son lieu de vacances préférées. Ecrivains comme Truman Capote, Tennessee Williams, Thomas Mann ou Jean Cocteau, comédiens de la taille de Greta Garbo, Cary Grant, Orson Welles ou Rita Hayworth ont séjournée dans ses hôtels et pris des déjeuneurs en surplombant la Méditerranée. Tous, même Dali, le fou génial, ont trouvé l’inspiration le repos et tous ont agrandi la famé et le glamour de Taormina.

Monuments et lieux à ne pas rater.

Ruelles de Taormina. Photo de Viking's Pub.
Ruelles de Taormina. Photo de Viking’s Pub.

Panorama depuis Taormine, le belvédère de la Méditerranée.

Taormina est en soi un balcon sur la Méditerranée avec des différents points de vue, touts magnifiques : la panoramique de la baie de Naxos avec l’Etna au fond ; la vue depuis le théâtre romain ; les vues depuis les rues que surplombent la falaise sur laquelle est penché Taormina, etc.

Promenade à Taormina.

Il est vrai que es boutiques de souvenirs, les restaurants et bars les hôtels et les galléries d’art ont envahi les rues de Taormine, mais quand même, ces roues sont encore un décor de rêve. Nombreuses filmes et chansons, romans et contes parlent d’elles. Les rues sont le premier atout touristique de la ville, avec les arriérés gouts architecturaux du passé ibérique, de l’occupation aragonaise, puis castillane et espagnole (Le beaux détails du Palace de Corvaja ou du Palazzo Ciampoli de style gotique catalan), les rues pleines de fleurs de type médiéval ; la cathédrale de Taormina, il Duomo de San Nicolo, la Villa Comunale avec ses jardins sus jardines, o el Palazzo des Ducs de San Stefano, un de meilleurs exemples d’architecture normande de Sicile

Rues de Taormina.

En suivant il Corso Umberto I nous arrivons a la Piazza Vittorio Emanuelle II, construite sur l’ancien forum romain. A côté le Palazzo de Corvaja o Corvaia (XIV siècle), siège du Parlement de Sicile (1410). Le palace est un mélange d’influences avec sa tour arabe du X siècle en pierre lavique noir et pierre ponce blanche et ses touches de gotique catalan.

Aujourd’hui le Office de tourisme s’y trouve avec le Musée Sicilien d’Arte e Tradizioni Popolari. Parmi les attractifs du mussée on y trouve les pupis (marionnettes siciliennes), habits et vêtements typiques, pièces religieuses comme les ex-voti, (petits tableaux offerts aux saints catholiques en remerciant les supposés miracles octroyés par la divinité) â gauche nous y trouvons l’Eglise de Santa Caterina, du XVII siècle et style baroco, dont l’intérieur garde encore des restes d’un odéon romain, un mini théâtre de 200 places.

En face, une ruelle (via Teatro Greco) ascendant nous amène au monument le plus fameux et remarquable de Taormine, son théâtre grec.

Théâtre de Taormina.

Le monument a été construit vers le III siècle av. J.-C. par le tyran Géron II, bien que le théâtre que nous pouvons voir aujourd’hui a été transforme par les Romains au III siècle. Situé dans la partie plus haute de la ville donne complètement sur la mer et el volcan Etna. Ce mélange de art, music, culture y paysage crée un panorama, une des vues plus magnifiques de toute l’île.

Thêátre de Taormina, quelle vue de Sicile. Photo de Alex Bueno.
Thêátre de Taormina, quelle vue de Sicile. Photo de Alex Bueno.

Bien préservé il est appelé Théâtre Grec mais la présence des briques montre que la plupart du bâtiment provient de l’époque romaine. La disposition et les fondations sont, en revanche grecques. Le théâtre actuel mesure 109 mètres de diamètre (plus petit que celui de Syracuse) et peut accueillir à presque cinq mil cinq-cents personnes. Le Théâtre abrite aujourd’hui des concerts et représentations de dramaturgiques.

L’entrée est payante, et comme partout en Sicile pas très bon marché.

Proche au théâtre grec nous trouvons les ruines de la las Naumachie, une œuvre monumentale qui grâce à un mur titanesque appuie sur des contreforts. La naumachie permettait stoker de l’eau suffisant pour les besoins de la ville et l’arrosage des cultures.

Vieux cartiers à Taormina.

Un autre point d’intérêt est la Piazza 9 Aprile, un beau belvédère donnant sur la mer et le volcan Etna. L’ancien bâtiment de une église (San Agostino construite en 1486), aujourd’hui une bibliothèque. Ici même, sur la place une autre église, celle de San Giuseppe de style baroco. Enfin, la porta di Mezzo et la Tour dell’Orlogio regarde les touristes dans la place et les cafés les plus chers de Sicile.

Par la Porta di Mezzo nous rentrons dans le cartier ancien de Taormina. Là l’influence arabe es plus marqué : des petites ruelles qui mènent vers l’église de San Giovanni de Malta de 1533 ; le Palace Ciampoli, (un bâtiment du gotique catalan de 1412, avec des fenêtres géminées, aujourd’hui hôtel); et finalement la Piazza del Duomo, avec el Comune (mairie), et la cathédrale de San Nicolo.

Il Duomo de Taormina.

La Via Umberto termine son parcours dans la Porta Catania, ornée par un blason aragonais de 1440, ce qui nous fait penser au Levant Espagnol. Un peu avant d’arriver, des ruelles en pente abrupte nous mèneront à la Badia Vecchia, (siège du Mussée Archéologique). Il s’agit d’une Tour Normande avec des créneaux refait au XIV siècle. Un autre exemple d’architecture Normande est le Palazzo dei Duchi di San Stefano, situé dans la Piazza San Antonio

Un peu de repos.

Pour se reposer après la promenade il est recommandable de visiter les Jardins de la Villa Comunale, au-dessous du Théâtre Grec, placés dans un terrain qui appartenait à Miss Florence Trevelyan, maitresse supposée du futur roi britannique Edward VII. Une végétation luxuriant entour une battisse en brique pensée par la Dame à la fin du XIX.

L'Isola bella, un bijoux caché à Taormina. Photo de Mikos Pakis.
L’Isola bella, un bijoux caché à Taormina. Photo de Mikos Pakis.

Une plage à Taormina.

Au pied des falaises qui abritent Taormine commence la mer. Des plages de sable sont le « no mans land » entre la terre et la Méditerranée. Just en face la Isola Bella se dresse comme un fragment décalé. Cette petite île est conquise par la terre au moment de la marée basse. Un étroit chemin permet de la joindre depuis la plage. Un peu plus loin les Gorges de Alcántara, -une formation basaltique tout à fait bizarre-, forment un étroit passage qui pourrait permettre de nous éloigner de la foule et, surtout, de pas oublier que l’Etna dorme avec son sommeil fragile, tout proche.

Comment se rendre à Taormina

Pour visiter Taormina le plus commode est s’y rendre en transport public, car le centre ville est pour la plus part piétonne. La difficulté pour se garer fait presque obligatoire de rentrer dans un grand parking à plusieurs étages adosse au flanc de la montagne. Pour se garer sans payer le mieux est venir tôt le matin et chercher en direction de Castelmola dans la partie haute de la ville. Depuis là les vues sur l’Etna sont imprenables, une grande avantage.

Un autre choix est en bas, à cote de la plage (zone de Mazzaro). Après nous sommes obligés de prendre le bus ou le funiculaire pour arriver a la Via Luigi Pirandello et la Porta Messina, entrée de la vielle ville. La Porta Messina donne sur la rue principale de Taormina, il Corso Umberto I, plein de boutiques de mode, souvenirs, brocantes, terrasses et balcons habillés de fleurs.

Où séjourner à Taormina.

La ville est pleine d’hôtels de tout type et condition. Le charme du luxe, mais aussi des prix un peu gonflés à cause de la beauté du lieu. A vous de choisir ce qui vous convient. Regarder notre section séjour et choisissez un hôtel à Taormina ou dans les environs.

Hôtesl B&B, Gites, Chambres d’hôte, où dormir à Taormina.